Varsovie, Pologne: Trois anarchistes arrêtés pour avoir tenté d’incendier une voiture de police

0
206

p4

Dans la nuit du dimanche 22 au lundi 23 mai 2016, trois compagnons ont été arrêtés à proximité du parking du poste de police au sud de Varsovie. Les flics prétendent avoir trouvé un dispositif explosif sous une voiture de police. Tous les trois ont été placés en détention au commissariat et un d’entre eux a été sévèrement frappé. Les compagnons ont refusé de coopérer et ont nié toute accusation de “terrorisme”. Les trois ont reçu le soutien du milieu anarchiste et de trois squats de Varsovie (Przychodnia, Syrena, Radykalne Ogrody Działkowe), une représentation légale leur a été fournie.

Le même jour, la police a perquisitionné le squat ‘Radykalne Ogrody Działkowe‘ et tenté de l’expulser, où une des personnes arrêtées vivait et où les flics recherchent des preuves. Selon le site de “Reclaim The Fields”: “les flics sont arrivés entre 4 et 5h du matin. Ils ont envahi la zone du squat en coupant des barrières et en démolissant la porte avec un chariot élévateur. Six flics en civil sont entrés dans des chambres du squat. Un ami s’est réveillé et s’est retrouvé lui-même entouré de flics, en lui posant des questions sur son identité. Ils ont alors procédé à des recherches dans tout le squat.”

Toutes les déclarations des collectifs anarchistes de Varsovie disent qu’ils rejettent les accusations de terrorisme qui ont été faites par les médias dominants et que tous sont solidaires des trois compagnons accusés. Des photos humiliantes des trois anarchistes menottés et subissant les éthylotests ont été prises par les flics puis publiées dans la presse [1].

La communauté anarchiste de Varsovie a pointé le fait que la réaction médiatique aux événements récents est une tentative de légitimer la nouvelle loi anti-terroriste qui est en discussion au parlement polonais. Elle a également indiqué le fait qu’il y a environ deux semaines, un jeune homme nommé Igor a été frappé à mort dans un commissariat de ‘Wroclaw’ [2]

[S’en suit un passage sur la déclaration d’une organisation se prétendant anarchiste, qui en France passe son temps à vomir l’action directe et le sabotage, à se tourner vers les plateaux télés et à clamer haut et fort leur innocence (ce qui est de fait reconnaitre et légitimer l’Etat et ses institutions) quand d’autres font face aux juges anti-terroristes et aux bras armés du pouvoir qu’ils défient. Bien que cette déclaration ne soit, pour une fois, pas trop pourrie, ce n’est pas pour autant que celle-ci doit être traduite et retransmise ici. NdCNE.]

Une autre déclaration est venue du prisonnier Łukasz Bukowski, qui est derrière les barreaux parce qu’il a refusé de payer des amendes du tribunal qui lui ont été imposées comme acte de vengeance à ses activités politiques (sic!) visant à aider des familles pauvres qui résistent aux expulsions à Poznan. Il a écrit: “J’ai juste reçu des nouvelles de trois compagnons arrêtés à Varsovie et qui sont accusés d’une prétendue attaque à la bombe du commissariat de police. Indépendamment de la validité des accusations, nous devons les soutenir. A travers l’histoire, la lutte pour la liberté a toujours utilisé une variété de méthodes et de tactiques pour combattre l’oppression. […]

Ni coupables ni innocents! Il existe mille et une raisons d’attaquer les chiens armés de l’Etat !

Solidarité offensive avec les trois compagnons arrêtés !

NdT:

[1] Cela ne semble pas poser de problèmes à plusieurs sites anarchistes de les reprendre sans sourciller. La honte!

[2] Connue en français sous le nom de “Vratislavie”. Quatrième ville de Pologne par sa population (633.000 habitants)

[Traduit (partiellement) d’un communiqué de Grecja w Ogniu via mpalothia par Le Chat Noir Emeutier.]